Lamborghini Aventador SVJ 2018 : Tueuse de Porsche sur le Nürburgring.  

 

Pendant que dans notre hexagone on se demande si sur nos routes le nombre de morts va baisser avec la limitation à 80 km/h, au-delà de nos frontières, du côté est, des constructeurs à l’image de Porsche et Lamborghini se tirent la bourre pour savoir qui va le plus vite sur le circuit du Nürburgring (la Nordschleife) avec des voitures de série qui dépassent les 700 ch et roulent au minimum à 340 km/h. C’est Lamborghini qui vient d’assommer Porsche avec temps canon de 6, 44, 97 mns.  Soit 2,03 secondes de moins que la très rapide GT2 RS qui doit se contenter de 6,47 mns sur le même parcours. C’est qui le patron ?

 

Texte : Steve Jolibois / Photos : Lamborghini presse.

 

Pour parvenir à cet exploit l’Aventador SV mute en version SVJ. Chez Lamborghini la lettre “J” signifie “Jota” (prononcer iota), qui par le passé a était synonyme de modèles affûtes pour la piste qu’ont été les Muira et Diablo Jota. La première démarche de Lamborghini a été d’offrir à l’Aventador SVJ un meilleur un rapport/poids/puissance en poussant le V12 à 770 ch (+20 ch). Avec un poids préservé de 1525 kg (comme la SV), la SVJ descend sous la barre magique des 2 kg/ch (1,98 kg/ch exactement). Un chiffre éloquent quand on sait que la légère GT2 RS (1 440 kg) et ses 700 ch affiche un R.P.P de 2,1 kg/ch. Pour gagner la poignée de chevaux nécessaire, les motoristes ont conservé la cylindrée de 6498 cm3 mais repoussés la plage d’utilisation de 100 tr/mn. Avec quelques ajustements spécifiques le couple maxi bondit à 73,4 mkg à 6 750 tr/mn contre 70 ,3 mkg à 5 500 tr/mn auparavant.

 

 

Malgré cela et au risque de surprendre, les performances ne progressent pas : 0 à 100 km/h en 2,8s, 0 à 200 en 8,6 s et vitesse maxi de 350 Km/h. En revanche, le châssis et l’aérodynamisme optimisés permettent à l’Avantador d’afficher un comportement routier exceptionnel. La bête repose sur des jantes de 9 pouces par 20 à l’avant et 13 x 21 à l’arrière qui chaussent des pneus Pirelli P Zero spécifiques en 255/30 ZR 20 et 355/25 ZR 21. Comme évoqué plus haut, l’aérodynamique de la SVJ a fait l’objet d’un soin particulier. Pour optimiser la charge aérodynamique dans les virages ou soulager en ligne droite, Lamborghini lui a greffé le système « ALA » (Aerodinamice Lamborghini Attiva) qui permet de moduler les appuis selon les besoins. Comme la SV, la SVJ conserve la transmission intégrale.

 

 

 

Conclusion : L’Aventador SVJ se place comme l’Aventador ultime. Des performances qui n’évoluent pas, mais un comportement exceptionnel avec un châssis aux petits oignons qui lui offrent le titre de tueuse de Porsche sur le Ring. Une sorte de scalpel qui vient entailler la réputation de Porsche sur son terrain de jeu, à savoir la performance sur piste. De quoi alimenter des sujets qui font débat depuis des lustres : Moteur atmosphérique ou turbo ? Transmission à 2 ou 4 roues motrices ?

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.